mercredi 14 janvier 2015

ANTIBIORESISTANCE : la médecine vétérinaire face aux enjeux de santé publique.

Nous savons tous que les maladies infectieuses se combattent par les antibiotiques 
et chacun a retenu la formule : " les antibiotiques cela n'est pas automatique..."



Nos médecins , nos dentistes et nos vétérinaires sont conscients des enjeux pour la santé publique.
Certains antibiotiques sont qualifiés de "critiques" parce qu'ils sont le dernier recours en cas de maladies humaines graves.
Les vétérinaires eux ne sont pas confrontés à ce problème jusqu'à ce jour et utilisent des familles d'antibiotiques qui restent d'une efficacité remarquable.



Le danger principal n'est pas tant dans la présence de résidus d'antibiotiques dans l'alimentation d'origine animale ( oeufs, viandes, produits laitiers ) mais plutôt dans le risque de transmission de souches bactériennes antibiorésistantes. Cette transmission peut se faire par contact direct avec l'aliment ou par son ingestion. 
Il faut signaler que l'animal aussi peut être contaminé par l'homme.



De récentes lois adoptées en France et en Europe régissent les règles d'administration des antibiotiques vétérinaires ( Plan EcoAntibio2017 ) 
en résumé c'est : "... aussi peu que possible, aussi souvent que nécessaire..."
Le vétérinaire praticien reste maître de sa prescription et n'a pas attendu cette législation pour réduire considérablement sa prescription d'antibiotiques.


Il faut malgré tout , améliorer le confort , le bien être et l'immunité de l'animal, toutes espèces confondues.



Le vétérinaire veillera à retracer le parcours de l'infection pour pouvoir conseiller des mesures d'hygiène et de prévention aux propriétaires ou éleveurs d'animaux.
La prévention reste le moteur du confort et de la santé animale.
De nombreux traitements de confort, permettent bien souvent de reléguer les antibiotiques aux mesures d'extrême nécessité.


Actuellement des réseaux de surveillance rassemblent les données concernant la consommation d'antibiotiques afin de renseigner les praticiens sur les problèmes liés à l'antibiorésistance en France. 
Ce sont les sites de l'Anses et du Resapath.




Les vétérinaires ainsi que leur partenaires veillent sur la santé animale et à travers la santé animale, sur la santé publique. Les enjeux sont de pouvoir à terme, limiter encore la consommation des antibiotiques , tout en préservant la santé animale et humaine.




Et si  nous réduisions notre consommation de viande? 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire